L’Égout d’Andrija MATIC, chez Serge Safran éditeur – Chaussez vos cuissardes pour une descente aux enfers…


Andrija MATIC
– L’Égout – Serge SAFRAN éditeur – Traduit du serbo-croate et postfacé par Alain Cappon
Genre : Transfiction/Dystopie  
« En 2024, dans une Serbie devenue un État totalitaire, Bojan Radic, jeune professeur d’anglais au chômage, est contacté par Velibor Stretenovic, chef du Service national de la Sécurité, pour enseigner l’anglais à ses enfants, langue pourtant interdite de l’Occident ennemi. D’abord sur ses gardes, Bojan se rapproche de Stretenovic et commence à voir d’un meilleur jour la politique du Gouvernement de l’Unité populaire dont la devise est : UNITÉ FOI LIBERTÉ. Mais quand Bojan perd la confiance de Stretenovic, suite à sa rencontre avec Vesna, jeune femme séropositive, c’est le début d’une descente aux enfers. Sur les traces du 1984 de Georges Orwell, L’Égout donne une vision étourdissante d’un sombre avenir. »
9791097594169 – 21€ – 256 pages – 14x21cm – 16/08/2018

Dans cette Serbie qui pourrait évoquer celle instaurée par un Milosevic qu’on aurait oublié de déboulonner en 1999,
les anglophones font partie du rebut d’une société totalitaire qui honnit dans un même bel élan nationaliste revanchard U.S.A., Nations Unies et toute l’Europe de l’Ouest.
Pour ces « Anglais » (enseignants, étudiants, traducteurs…) pas de reconversion possible et pas de salut.
T’avais fait le mauvais choix mon gars !
Tu peux t’en mordre les doigts !
Bojan, ancien prof, rame en vain comme les autres « Anglais » pour sortir du chômage, jusqu’à ce qu’un ponte du régime (le chef du Service National de la Sécurité, qui plus est !) l’engage en sous-main pour l’éducation de ses enfants.
Bojan n’est ni un mouton, ni une crapule, ni un héros. Certains de ses actes, certaines de ses pensées pourraient cependant montrer son désir d’appartenance à une communauté abêtie par une espèce d’hypnose collective commode, par lâcheté, par usure…
Mais voilà, Andrija Matic lui réserve un autre destin pour nous dépeindre les ressorts de cette société totalitaire d’une abjecte cruauté, dont l’efficacité, ne repose en fait que sur le renoncement de son libre-arbitre de la majorité.
À bon entendeur, salut !
Bref, c’est sûrement pas une lecture kawaii, mais assurément salutaire,
et elle vous est fortement recommandée par Tatakati !

Andrija Matić est né en 1978 à Kragujevac en Serbie. Professeur de littérature anglo-américaine, il a publié, trois romans dont Saht (L’Égout), en 2009, en même temps qu’un essai sur T. S. Eliot. Il enseigne actuellement l’academic writing à la Koc University d’Istanbul.

L’Égout est son premier roman traduit en français !

 

A propos de Ktimartin

- Spécialiste du rayon Littératures de l'Imaginaire - Membre du jury du Prix Bob Morane - Ancien membre du jury du Prix Julia Verlanger - Ancien membre du jury du Grand Prix de l'Imaginaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*