Jeudi 20 Avril 2017 : Pierre Bordage en dédicace

Mais qui donc vient nous rendre visite jeudi 20 avril ?
Mais, c’est le Grand Pierre, notre « Vendéen élevé sous la mère »,
comme disait le catalogue de nos amis de l’Atalante
je ne sais plus quelle année.


Photo l’Atalante

Et voui, c’est Pierre Bordage ,
qui nous a gratifié depuis début 2017 de deux nouveautés que nous allons vous faire découvrir jeudi 20 avril à partir de 16h, en même temps que nous vous présenterons la quasi totalité de sa nombreuse production littéraire.
Gageons que vous aurez encore à en découvrir au moins un ou deux.

En janvier se sont propagés  les Echos dans le temps ,
débarqués chez J’ai lu.

« Kort, un homme venu du futur, débarque dans notre époque pour traquer trois criminels de son temps réfugiés au XXIe siècle. Par un concours de circonstances, il entraîne Jeanne dans son sillage, une Française condamnée à court terme par une maladie génétique orpheline. Mais leur rencontre est-elle si fortuite ? Kort émet une vibration, un écho que les natifs de notre époque ne peuvent pas percevoir. Non seulement Jeanne la ressent, mais son état s’améliore considérablement à son contact. Des plateaux des Cévennes aux sommets enneigés du Bhoutan, leur aventure réservera à la jeune femme bien des surprises. »

Un voyage spatio-temporel construit avec astuce en une intrigue qui allie
action et émotion.

9782290138915 – 6€ – 192 pages

Et voilà qu’en un frileux février Monsieur Pierre nous livre chez Bragelonne le premier opus Désolation d’un cycle de pure Fantasy,  Arkane.

« Arkane : une ville labyrinthique, bâtie selon la légende par sept maisons toutes-puissantes, et dont les luxueux niveaux supérieurs sont occupés par un pouvoir corrompu. C’est dans ce monde dominé par les intrigues incessantes, les meurtres et la magie noire que vit Oziel, fille de la maison du Drac.
Lorsque son clan est massacré, Oziel s’enfuit des Hauts de la ville, espérant gagner les Fonds afin de rejoindre son frère condamné et de lever une armée parmi les prisonniers du terrible bagne, dans les profondeurs de la cité.
Mais tandis qu’elle cherche à s’évader des rets d’Arkane, d’autres tentent de rallier celle-ci à tout prix. Renn, un apprenti enchanteur de pierre et Orik, guerrier venu d’une lointaine contrée,
portent avec eux l’annonce d’une menace qui,
s’ils arrivent trop tard, pourrait bien plonger Arkane dans le chaos… »

9791028101053 – 25€ – 432 pages – édition reliée sous jaquette – ill. Didier Graffet

Le Grand Pierre nous assène donc son grand talent de conteur depuis 1993 avec sa trilogie Les Guerriers du silence.
Et depuis, Môssieur est un collectionneur de prix littéraires impénitent. (GPI, Prix Cosmos 2000, Prix Bob Morane, Prix Julia Verlanger, Prix Tour Eiffel, Prix Imaginales, Grand Prix Paul Féval de Littérature Populaire).
Qu’il œuvre dans le space-op, le post-ap, l’anticipation à court terme ou même la fantasy, la plume du Pierre est fortement orientée vers l’humanisme et une certaine forme de spiritualité, et la violence de certaines des situations décrites n’est jamais complaisante, mais relève d’une dénonciation virulente de toute forme de fanatisme et du détournement du pouvoir politico-religieux.

Le Cafard cosmique le décrit comme « un surdoué qui rappelle les grands feuilletonistes du XIXe par ses talents de conteur, sa facilité d’écriture, et l’ampleur de son œuvre », on ne saurait mieux dire.

Par icitte pour un entretien récent sur le site actusf

Sa bibliographie. (Merciiiii nooSFère !)

Et pour ceux d’entre vous qui (est-ce seulement possible ?!…) ne connaissent point encore le Millefeuille,
l’anthojolie anniversaire pour les 20 ans de Bédéciné, sachez que Maître Pierre nous avait offert La Ligne, nouvelle publiée depuis dans son dernier recueil Hier je vous donnerai de mes nouvelles , chez l’Atalante.

 

 

 

A propos de Ktimartin

– Spécialiste du rayon Littératures de l’Imaginaire
– Membre du jury du Prix Julia Verlanger
– Membre du jury du Prix Bob Morane

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*